LE MASQUE DANS LE GRAIN

  • LE MASQUE DANS LE GRAIN

1928

Montréal est le plus gros exportateur de blé au monde. 6 millions de tonnes transitent par son port, de quoi fournir chaque jour un gros pain à plus de 13 millions de familles ! Le port doit sa stature mondiale à son système de convoyeurs qui relie les navires de grain à de gigantesques silos. 24 km de tapis roulants courent sur les hangars pour desservir jusqu’à 22 navires à la fois.

(1) Un élévateur à godets décharge la cale d’un navire.
(2) Ses récipients hissent le grain dans une tour marine.
(3) Le grain est transporté par convoyeur.
(4) Le grain est pesé et engrangé dans un silo.
(5) Le grain repart sur le système de convoyeurs vers une des 22 stations d’amarrage.
(6) Une glissoire mobile fait chuter le grain dans la cale d’un transatlantique.

Il arrive parfois que des objets incongrus se mêlent au grain. Comme ce masque de protection contre les poussières… Perdu dans la cale d’un navire en déchargement, il sera happé par un godet et embarqué sur un convoyeur.

Convoyé jusqu’au quai de l’Horloge, le masque sera repéré par un débardeur alors qu’il chute dans la cale d’un transatlantique. Porté fièrement par son découvreur, LE MASQUE DANS LE GRAIN deviendra un trésor des débardeurs.

L’HISTOIRE COMPLÈTE DU MASQUE DANS LE GRAIN

1928

Montréal est le plus gros exportateur de grain au monde. Ses exportations supplantent celles des ports de New York, Baltimore, Philadelphie, Galveston, Boston et La Nouvelle-Orléans réunis1 ! 6 millions de tonnes de blé transitent par son port2, de quoi fournir chaque jour un gros pain à plus de 13 millions de familles. Montréal, la métropole du Canada, contribue à nourrir le monde3.

Le port de Montréal doit sa stature mondiale à son système de convoyeurs qui relie les navires transportant le grain à de gigantesques silos. 24 km de tapis roulants courent dans des galeries sur les toits des hangars pour desservir jusqu’à 22 navires à la fois4 ! Grâce à ce système de convoyeurs, les silos engrangent et redistribuent le grain qui arrive par train et par bateau de l’Ouest canadien et américain.

Fig. 1Le Silo 2, un mastodonte de béton qui se dresse entre le Marché Bonsecours et le Hangar 16, est le plus gros élévateur à grains de la côte Est5. Inauguré en 1912, les débardeurs le surnomment le Calvaire6.

Les trains s’engouffrent carrément dans le Silo 2, où 4 déchargeurs automatiques de wagons se chargent de soulever, basculer et vider jusqu’à 28 wagons à l’heure7. Les navires sont quant à eux déchargés par un élévateur à godets qui s’enfonce dans la cale. Les récipients de l’élévateur hissent le grain dans une tour, où il est déversé sur un tapis roulant qui l’amène au silo. Une fois pesé puis engrangé, le grain repart sur le système de convoyeurs vers une des 22 stations d’amarrage du port, où une glissoire de chargement mobile le fera chuter dans la cale d’un transatlantique à destination d’Europe8.

Fig. 2Il arrive parfois que des objets incongrus se mêlent au grain. Comme ce masque de protection contre les poussières, perdu dans la cale d’un navire et retrouvé dans la cale d’un autre. Happé par un récipient de l’élévateur à godets et embarqué sur le système de convoyeurs, le masque se sera baladé aux 4 coins du port avant d’aboutir sur un océanique amarré au quai de l’Horloge. C’est ainsi qu’un débardeur à l’œil vif et à la main rapide repèrera l’objet alors qu’il tombe dans la cale avec le grain. Le chanceux portera fièrement sa trouvaille, et le fameux MASQUE DANS LE GRAIN deviendra un trésor des débardeurs.

Titre

LogoBasPageHistoireSources

1 Construction des élévateurs à grain du port de Montréal 1885- 1970, Groupe de recherche sur l’histoire de Montréal, 1981, p78.
2-6  Le Chargement; Le Calvaire. Histoire des débardeurs du port de Montréal, Atelier d’histoire des débardeurs du port de Montréal, parution Automne 2016, p 23. atelier@syndicat375.org.
3-4-7 Faits intéressants concernant le Havre de Montréal, Commissaires du Havre de Montréal, 1928, pp 52, 17, 18
5 Canadian Courrier, 12 octobre 1912
8 Pauline Desmarais, Le Vieux-Port de Montréal, Les éditions de l’homme, 2007, p 66

DÉCOUVREZ LES 4 OBJETS CACHÉS ET LEUR HISTOIRE