LE DOSSIER DES ÉCLUSES

  • LE DOSSIER DES ÉCLUSES

1959

Écluses de Saint-Lambert, 25 avril 1959. On inaugure la Voie maritime du Saint- Laurent. Les océaniques peuvent maintenant accéder aux Grands Lacs ! Le Simcoe est le premier navire marchand à traverser ces écluses de Montréal. Parmi les débardeurs présents pour l’occasion, on retrouve Stevie et son père. Ils examinent un dossier sur les écluses…

On peut y lire :
« Les Grands Lacs s’élèvent à 75 m au-dessus du niveau de la mer. 7 écluses permettent maintenant aux gros navires de naviguer entre Montréal et ceux-ci.
Franchir une écluse, c’est comme prendre un ascenseur. Le bateau se place dans une écluse, et selon qu’on la remplisse d’eau ou qu’on la vide, il peut monter ou descendre de plusieurs mètres. »

Pour le père de Stevie, c’est un choc : « Toute ma vie, j’ai débardé des océaniques dont les cargaisons étaient destinées aux Grands Lacs. Une fois rendus à Montréal, on devait tout transborder dans des bateaux plus petits. Avec les écluses, ils peuvent passer tout droit. Le port va donc prendre toute une débarque ! »

Pour le vieux débardeur, le temps de la retraite a sonné. Alors que ses compagnons le célèbrent, il confie à son fils Stevie LE DOSSIER DES ÉCLUSES, qui deviendra un trésor des débardeurs.

L’HISTOIRE COMPLÈTE DU DOSSIER DES ÉCLUSES

1959

Fig. 1Il y a foule aux écluses de Saint-Lambert en ce 25 avril 1959 : on inaugure la Voie maritime du Saint-Laurent ! Les énormes transatlantiques peuvent désormais accéder aux Grands Lacs. Le Simcoe est le premier navire marchand à traverser ces écluses de Montréal1. Parmi les débardeurs présents pour célébrer l’occasion, on retrouve Stevie et son père. Ils examinent un dossier sur les écluses…

On peut y lire : « La Voie maritime fait 306 km de long. Sa construction entre Montréal et le lac Ontario est un des hauts faits historiques en matière de génie. Les Grands Lacs s’élèvent à 75m au-dessus du niveau de la mer2. 7 écluses permettent maintenant aux gros bateaux de naviguer entre ceux-ci et Montréal.

Franchir une écluse, c’est comme prendre un ascenseur : le navire se place dans une écluse, et selon qu’on la remplisse d’eau ou qu’on la vide, le bateau peut monter ou descendre de plusieurs mètres. Grâce aux écluses de la Voie maritime, les navires mesurant jusqu’à 222 m de long peuvent désormais se déplacer tant vers le haut que vers le bas du fleuve.3 »

Pour le père de Stevie, c’est un choc. « Pour les gros navires, Montréal était la fin du voyage. Passé le port, un bateau qui voulait remonter le fleuve jusqu’aux Grands Lacs devait mesurer pas plus de 76 m4. Alors tous les océaniques devaient s’arrêter à Montréal, où leurs cargaisons étaient transbordées dans des bateaux plus petits5… Pis ça prenait plein de débardeurs comme moi pour faire la job ! Mais maintenant, les gros bateaux vont pouvoir monter aux Grands Lacs sans s’arrêter ici. Alors forcément, le port va être pas mal moins occupé6… La Voie maritime, c’est peut-être la voie de l’avenir, mais pour Montréal pis pour moi, c’est plutôt la fin d’une belle époque. »

Le vent du changement souffle sur Montréal et sur son port. Notre vieux débardeur sent que le temps de la retraite a sonné. Alors que ses compagnons célèbrent son départ, il confie à son fils Stevie LE DOSSIER DES ÉCLUSES, qui deviendra un des trésors des débardeurs.

Titre

DÉCOUVREZ LES 4 OBJETS CACHÉS ET LEUR HISTOIRE